LIU jour, alors que leur monde s'affublait d'un nouveau visage. Leila dit à son mari Sadek : « Tiens bon ! Pour Yahia. Pour toi. Pour nous ». Tels furent les derniers mots de cette femme ; des mots « expirés plus que dits », « expurgés plus qu'articulés ». Mais Sadek ne put tenir parole, la force du maelstrom était plus forte que l'entendement ; il fut alors emporté, son fils Yahia aussi, vers ce qu'il ne pouvait imaginer quelques mois plus tôt. Dans ce pays envahi par les O.V. et les 0.E., nul ne pouvait échapper à l'Ordre instauré. Même les poubelles étaient fouillées pour décrypter la pensée et les mœurs. Le silence permissif conduisit inéluctablement la contrée vers un enfer dont les portes, une fois fermées, ne pouvaient se rouvrir. Suivre les autres, tel était le maître mot ! Puis vint le temps épouvantable des rafles ! Et Sadek fut « raflé » ! Du Bordj 888, on ne sortait pas indemne. Sadek résista comme il put. Des années.

Une histoire tout aussi poignante qu'effrayante. Elle relate un parcours pas si étrange que cela, ni impossible tant les limites de la folie humaine sont incommensurables.

Hakim Laâlam - R.I. Au nom du père, du fils et du sain d'esprit

1 000,00دجPrix
  • ISBN:

    9789931876120

  • Nombre de pages :

    270

  • Edition:

    Frantz Fanon

  • Date de parution:

    2022