— À bas le dictateur !

D'abord doucement. Entre ses lèvres. De manière inaudible, même pour les gardes à proximité, Mais de façon régulière, saccadée, en vagues incessantes.

 — À bas le dictateur !

 C'est à peine si celui qui donnait l’air de diriger l’équipe de la protection présidentielle, juché sur l’estrade, en son extrême, à la gauche de Selim, faisait attention à cet homme malingre qui semblait dire quelque chose, balbutier des mots en contrebas. Le militaire ne prêta pas plus que cela attention au journaliste, l'endroit étant plein à craquer de personnes scandant tout et n'importe quoi. Une voix de plus, un chant, un slogan, qu'importe ; il suffisait, pour rassurer l'officier, que le ton restât à l’idolâtrie. Selim entreprit alors de faire monter sa houle, de grossir le ressac de sa phrase, d'en marteler un peu plus le tempo, d’en rapprocher les salves en les ponctuant d’un léger mouvement du bras droit.

Selim appuya sur la touche « raccrocher » de son téléphone portable. Presque en synchronisation parfaite avec la première salve de balles qui l’atteignit au visage et au torse.

Hakim Laâlam - Rue Sombre au 144 bis

500,00دجPrix
  • ISBN:

    9789931315100

  • Nombre de pages :

    145

  • Edition:

    Koukou

  • Date de parution:

    Octobre 2013