Je ne connais pas d'homme qui s'intéresse honnêtement au fond de son cœur à la cause que nous voulons faire triompher. Les hommes haïssent cette cause, ils n'ont que du mépris pour elle : ils essayent de l'anéantir partout où ils la rencontrent...Le monde regorge de beaux messieurs qui seraient bien contents de vous fermer la bouche avec des baisers ! Le jour où vous deviendrez une menace pour leur égoïsme, leurs intérêts, ou leur immoralité - et je demande chaque jour au ciel, mon amie, que vous le deveniez - ce serait une fameuse victoire pour l'un d'entre eux de réussir à vous persuader qu'il vous aime.
C'est alors que vous verrez ce qu'il fera de vous et à quelles extrémités son amour l'entraînera ! Il a donne au roman américain ses lettres de noblesse. Il l'a imposé au monde. Il est le premier américain à prendre sa place, d'égal à égal, à côté des Européens, Georges Eliot, Thackeray, Galsworthy, Flaubert, Tourgueniev. Il n'appartient pas à l'Amérique, mais à la littérature.

Henry James - Les Bostoniennes

1 150,00دجPrix
Rupture de stock
  • ISBN:

    9782070364794

  • Nombre de pages :

    697

  • Edition:

    Folio

  • Date de parution:

    2006