Quand Dib écrit Le Désert sans Détour, l'Algérie est en plein bouleversement et va bientôt sombrer dans un chaos douloureux. Le livre interroge, à sa manière parabolique, ce qui est entrain de se passer. Pour l’auteur, l’histoire du pays est une non transmission de mémoire faute de témoin. Et le poète, l’écrivain qui est le témoin par excellence, en mesure de conserver mémoire, est marginalisé, rejeté, sa parole non écoutée.

 

« A force d’incessants viols de la mémoire, cette carence de témoin à transmettre dure en fait depuis plusieurs siècles. Et, pendant ce temps, le désert gagne. Aura-t-il le dernier mot ? L’Algérien ne sait plus pour le moment qu’aller à la recherche d’ATLAL (vestiges, traces). Et il y court, guetté par le risque de sombrer dans le culte macabre des reliques et la régression identitaire. »

 

Le désert est à la fois réalité et imaginaire, lieu de campement et d’exode, il conserve la trace d’un passage tout en permettant son effacement par le vent qui y règne en maître.

Le désert sans détour est l’histoire d’une quête impossible, le retour à la partie des deux protagonistes --- « Deux survivants, deux rescapés ? » On n’en sait rient…

 

Mohammed Dib - Le désert sans détour

800,00دجPrix
  • ISBN:

    9789931468707

  • Nombre de pages :

    158

  • Edition:

    Apic

  • Date de parution:

    01/09/2020