A l'époque d'Ibn Taymiyya (m.728/1328), le haschich constitue dans le sultanat mamlûk un fléau social pire que le vin. Des mystiques en quête d'extases faciles s'avèrent par ailleurs prêts à y voir ce que Théophile Gautier appelle « ce régal de vrai croyant »? Le grand théologien, canoniste et spirituel damascain consacra divers écrits au haschich, dont au moins quatre fetwas. Ils sont ici réunis et intégralement traduits de l'arabe pour la première fois. Ces pages taymiyennes confirment le refus de toute drogue comme toute forme d'ivresse par l'Islam et en expliquent la sagesse. Elles l'historiens à s'interroger sur les liens entre religion et loisirs sous les Mamlûks, en rapport notamment avec l'évolution ayant conduit à l'ouverture des premiers cafés à la fin du XVème siècle. Elles aident le musulman contemporain à se situer dans le débat sur la dépénalisation des drogues et invitent à un regard plus critique que certains développements modernes du religieux, à la périphérie et en dehors de l'islam. Y. Michot est KFAS Fellow à l'Oxford Center for Islamic Studies et enseigne la théologie musulmane à l'Université d'Oxford.

Ibn Taymiyya - Le haschich et l'extase

800,00دجPrix
Rupture de stock
  • ISBN:

    9782841611744

  • Nombre de pages :

    202

  • Edition:

    ALBOURAQ

  • Date de parution:

    2001

  • Documents:

    Civilisation de l'Islam