«- Le gâteau est trop petit, disait-il, nous sommes affamés, si vous le partagez avec nous, il ne vous restera que des miettes. Ainsi résumait-il la question algérienne : pour accéder au gâteau, il fallait nous chasser ! Je n'acceptais pas ses propos d'un anticolonialisme primaire.
- Je veux bien admettre que la colonisation est intrinsèquement mauvaise, il n en demeure pas moins que nous sommes là et qu'il faudra faire avec nous. Nous ne sommes pas tous d'horribles colonisateurs. La majorité des pieds-noirs travaille avec le même dévouement, la même ferveur pour le bien de tous, indigènes et Européens.
- Nous voulons la liberté et l'honneur, Louise. Je pris ses mains :
- Pourquoi t'attaches-tu à moi, Kader ?
- Je ne sais pas... tu es belle et puis quelque chose en toi m émeut.
- Je suis belle comme la France et je t émeus comme la France !»

Alger sans Mozart est un roman choral, une partition à plusieurs voix. Celles de Louise et Kader ; celle de Sofiane, fils de l'Algérie nouvelle, hybride dont la vitalité redonne à Marc, le metteur en scène parisien cynique, créativité et goût de vivre, préfigurant ce que pourraient être les relations apaisées entre les deux rives de la Méditerranée, le Sud débordant irriguant le Nord blasé.
Alger sans Mozart est un hommage aux exilés. Un hommage à la douleur des pieds-noirs qui ont aimé ce pays, lui ont donné le meilleur d'eux-mêmes et l'ont quitté sans jamais trouver une reconnaissance. Un hommage à l'Algérie et aux Algériens écrasés par la destinée. Alger sans Mozart est une mosaïque qui met en lumière soixante ans de schizophrénie. La schizophrénie de deux pays qui refusent d'admettre leurs liens irrémédiables.
Ce roman écrit par un Algérien et un Français s'attache à reconstituer le puzzle si complexe de l'Histoire commune aux deux paya, Sans concession...

Les auteurs

Canesi & Rahmani, originaires des rives nord et sud de la Méditerranée, ont mêlé leurs souvenirs, leurs sensibilités islamo-chrétienne, leurs deux visions du monde méditerranéen et l'empreinte de leurs terres : la Corse et l'Algérie. Leur premier roman, Le Syndrome de Lazare (éditions du Rocher), parlait d'amour au temps du sida débutant, il a été adapté au cinéma par André Téchiné (Les Témoins). Avides d'explorer tous les genres littéraires, Canesi & Rahmani ont commis, en 2010, un thriller décalé, La douleur du fantôme (Phébus), profondément français, refusant de sacrifier à la mode ambiante américano-suédoise.
Ils s'attachent, dans chacun de leurs livres, à souligner la place de l'art dans nos vies : la peinture dans le Syndrome de Lazare, la danse et l'architecture dans la Douleur du Fantôme, le cinéma dans Alger sans Mozart.

Michel Canesi & Jamil Rahmani - Alger sans Mozart

1 200,00دجPrix
  • ISBN:

    9789947630174

  • Nombre de pages :

    456

  • Edition:

    Dalimen

  • Date de parution:

    2013