...Deux semaines après l'attentat, je n'arrivais pas encore à intégrer cette réalité dans mon appareil psychique. À chaque instant, je regardais cette main mutilée et sans cesse les images de l'explosion affluaient à la surface de mon quotidien. En me levant après l'explosion, je n'avais rien remarqué. Sauf peut-être la disparition de mes lunettes. Le sachet, où il y avait mes livres d'expression écrite, avait aussi pris la clé des champs. Je me croyais intact. Je n'avais même pas eu cette présence d'esprit de contrôler ma carcasse. Mais, en me jetant sur le sol, les trois doigts avaient rejoint une quelconque planète. Je rêvais d'une sorte de machine à remonter le temps où je m'embarquerais et retraverserais les vicissitudes du Mardi, en évitant de prendre ce bus maléfique. Et se passer de l'expérience des pansements tortionnaires, de l'attelle incommode et d'une main endommagée. Je me rendais compte que j'étais un malade barbant pour ne pas dire assommant. Ma mémoire, malgré la déflagration était restée vivace et prolifique par une production effrénée des substances anecdotiques...

Slimane Ait Sidhoum - Les trois doigts de la main

350,00دجPrix
  • ISBN:

    9961634888

  • Nombre de pages :

    193

  • Edition:

    Chihab

  • Date de parution:

    2002